La GRS face au Covid 19

La GRS face au COVID 19

En tant qu’entraineur, je suis déçue pour les filles, certaines avaient beaucoup progressé et souhaitaient le montrer, on avait des gros objectifs pour beaucoup de gymnastes et en tant que gymnaste je suis déçue de finir mes années de GR sur une saison comme celle-ci.

Les gymnastes avaient beaucoup travaillé pour ce début de saison qui devait commencer le 15 mars malheureusement le 13 mars nous avons appris qu’à cause du covid 19 les deux premières compétitions ne seraient pas disputées nous avons été déçues mais on s’était dit que nous pourrions nous rattraper lors des championnats de France qui sont nos compétitions les plus importantes. Ce ne sont pas des compétitions ordinaires, ils procurent des émotions beaucoup plus puissantes.

Et puis, c’est tombé : pas de championnats de France !

Témoignages :

Clémentines Chabanoles J1 : « J’ai été déçue, tous nos efforts ne riment plus à rien sans compétitions. Et c’est dur de se dire qu’on ne partagera rien durant cette saison avec nos entraineurs et les autres filles. »

Adeline Loubeix A1 a le même ressenti pour elle « c’est une année de perdue »

Juliette Roche quant à elle reste positive en se disant « qu’il y’a des choses bien plus que l’absence de compétitions. »

C’est une année blanche, les gymnastes et les entraineurs ne pourront pas montrer tout le travail effectué depuis aout.

Bien sûr, il faut prendre conscience que c’est une crise sanitaire et que personne n’a le pouvoir sur ça pour le moment, il vaut mieux rester chez nous, travailler, progresser en autonomie. Le plus compliqué est de faire garder la motivation aux gymnastes pour qu’elles ne perdent pas en corporel.  Pour les engins, il faudra attendre, on peu comprendre que ce soit compliqué en maison.

Promis ! on reviendra en forme dès qu’on nous l’autorise, pour être au top la saison prochaine afin de ramener les médailles espérées cette année.

 

Baudin Lisa service civique Etoile Montaud.

Laisser un commentaire